La femme du poète anarchiste

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La femme du poète anarchiste

Message par Yugcib le Mar 22 Sep - 15:28

Tu m'as trouvée avec mon enfant
Un jour très froid de février
Sur le bord de la route
Une de ces routes de nulle part
Je n'avais que trente ans mais j'en faisais cinquante
Et toi le poète anarchiste
Le poète en révolte
Tu m'as prise par la main
Et nous avons marché longtemps longtemps
Sur cette route de nulle part
Et nous avons fini par arriver dans une ville
A vrai dire un campement
De cubes à habiter érigés à la hâte
Et faits de planches de tôles et de tissus
Et je suis devenue ta femme

Tu me fais mal
Tu me saccages
Tu te rues sur moi
Ivre et hurlant  de tout ce qui, de la rue, s'est jeté sur toi et t'as mordu...
S'est jeté sur toi  et que tu as maudit...
Maudit de toute ta foi...
Et qui a vitrifié ton esprit

Tu me traces de toutes les laves jaillies  de ces entrailles de toi qui rougissent à vif
Tu me veux nue
En string
En jupe
En robe
Sur le coin d'une table


Tu te vautres sur moi
Longtemps
Comme une flamme rebelle à la lance du pompier
Une flamme mouillée
Une flamme qui s'accroche à la souche
La souche que je suis
Enterrée
Enterrée et mouillée.

Les mots que tu dis sont des bombes...
Les mots que tu écris sont des génocides...
Tu ne respectes rien
Tu le lamines ce monde...
Abject dis-tu qu'il est!
Ta poésie est intégriste
Intégriste comme une religion de purs étrillant le monde.

Tu me fais mal...
Tu me saccages.

Je te pardonne de me faire aussi mal
Puisque... En vérité
N'ayant jamais cessé depuis tant d'années
De te jeter sur moi
De t'enfouir en moi
De me tracer
De me saccager...
Tu m'as aimée sans le savoir
Toi le poète révolté
Le poète intégriste
Le poète des mots génocide
Le poète délinquant qui étrille le monde...

Je te pardonne d'avoir fait de moi ta paillasse
Ta paillasse unique
Jusqu'à l'épuisement
Jusqu'au coma érotique...  
Car nul homme ne pouvait être plus fidèle que toi dans une telle violence
Dans une telle ardeur
Et d'une telle constance...
Pour une femme
Cette femme que je suis
Ta femme
Cette femme que tu as trouvée sur le bord de la route
Un jour très froid de février
Avec un enfant dans ses bras

_________________
" Nous ne pouvons savoir! Nous sommes accablés d'un manteau d'ignorance et d'étroites chimères" [Arthur Rimbaud ]
avatar
Yugcib
Admin

Messages : 601
Date d'inscription : 05/09/2015
Age : 69
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum