A propos de l'oeuvre de Bernard Clavel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

A propos de l'oeuvre de Bernard Clavel

Message par Yugcib le Mar 15 Sep - 7:50

Bernard Clavel


... Le silence des armes, première page, commence ainsi (je cite) :

"Le pays fut sur lui d'un coup. Tout le pays, absolument. Encore noyé dans cette heure d'avant l'aube qui porte le poids de la nuit sans connaître l'espérance du jour à naître.
Partout à la fois, autour de lui, Jacques sentit le pays. C'était inattendu. A vous couper le souffle. Une eau jaillie de nulle part et de partout.
Et Jacques éprouva soudain la sensation d'être deux. L'un percevait toute la chaleur de cette étreinte profonde ; l'autre demeurait insensible, planté sur le quai de la gare. Devant lui, l'autorail aux fenêtres éclairées. A côté de lui, sa grosse valise qu'il venait de poser sur le quai. A quelques pas, l'employé. Personne d'autre n'était descendu de la voiture, personne n'y montait. Elle s'était arrêtée pour lui, au coeur de cette nuit qui enveloppait la gare. Cette nuit qui portait le pays invisible qu'il devinait mouillé comme ce quai de bitume où s'étiraient des reflets sales."

... Nous sommes, dans ce livre, dans des descriptions de paysages, d'atmosphère et d'ambiance à la fois très imagées, très poétiques et suggérant par moments une réflexion profonde, avec des phrases bien rythmées, des sonorités qui reviennent, une grande richesse de vocabulaire mais sans effets spéciaux sans grandiloquence, ou métaphores hasardeuses...
Un passage qui m' a "presque fait pleurer" tellement je le trouve beau et émouvant, c'est quand il parle du traquet rieur, cet oiseau délicat, fragile, qui sait que l'homme est dangereux et qui construit son nid dans un creux de roche barré de petits cailloux qu'il dispose tel une barricade... sublime ! (ça m'a fait penser à ce sujet d'ailleurs, à un texte que j'avais écrit moi-même en 2005 sur le traquet rieur)...
Ce livre c'est l'histoire de Jacques Fortier blessé, moralement détruit par les atrocités vécues en Algérie, qui revient dans son village du Jura pour quelques jours de convalescence... Mais il ne repartira pas dans les Aurès, il refuse d'accepter la haine et le sang, il ne veut pas renier l'enseignement d'un père mort et jadis incompris...
"Le monde ne sera sauvé, s'il peut l'être, que par des insoumis"... Cette phrase résume le drame du Silence des armes, l'une des oeuvres majeures de Bernard Clavel.

... Bernard Clavel est, avec Albert Camus, l'un de mes auteurs préférés de la littérature du 20 ème siècle...
Et cela déjà, outre la dimension littéraire de ces auteurs là, du fait de leurs origines : ils sont tous deux des "fils du peuple", du monde des ouvriers, des artisans, des gens simples qui n'ont jamais fait fortune ni leurs prédécesseurs dans leurs familles respectives que ce soit du coté du père ou de la mère...
Albert Camus, son père était tonnelier à Belcourt un quartier "pauvre" d'Alger, il a été boursier pour pouvoir se rendre au Lycée et faire ensuite des études...
Bernard Clavel a quitté l'école dès l'âge de 14 ans, pour aller en apprentissage chez un pâtissier de Dole, ensuite il a travaillé en usine, dans le vignoble, dans la forêt, dans un atelier de reliure, à la sécurité sociale, dans la presse écrite et parlée, et il dit que les métiers qu'il a fait ont été pour lui des universités...
J'ai toujours eu une très grande admiration pour ce genre d'auteurs ou d'écrivains : ceux qui ont eu une autre "formation" que la formation universitaire ou de grande école (quoique Albert Camus ait fait, ait pu faire, des études universitaires (mais au départ il était boursier)...
La dimension d'humanité (de l'artiste, et de l'écrivain, ou du philosophe, de l'homme de lettres, de l'intellectuel en général)... devrait à mon sens "aller de pair" (lorsque c'est le cas) avec la formation universitaire si l'on a pu avoir cette formation dans les meilleures conditions possibles...
J'ai peu de considération (du moins pas de vénération) pour les "Grands" que "l'on a fait Grands" ou qui se sont fait grands grâce à l'argent et aux relations...
J'ai peu de respect voire de la révolte, pour le pouvoir de l'argent et des relations et des milieux où l'on "a tout pour plaire et réussir"...
Et je tiens à le faire savoir, à l'exprimer haut et fort, avec même une sorte de "pensée intégriste" ... Mais je n'oublie pas cependant la "dimension humaine" lorsque elle existe chez des gens qui "ont eu plus de chances que les autres" ... (on peut être "intégriste" dans ses convictions... mais avec toutes les nuances, avec toute la réflexion qui conviennent et sont en fait, absolument nécessaires)...

... "le silence des armes"... Quel livre ! Et quel épilogue avec le "réquisitoire du fond de ses tripes" de Jacques Fortier en face des gendarmes, du Maire et des Autorités qui sont venus l'interpeller, un "réquisitoire" contre l'armée, la guerre, celle d'Algérie avec toutes ses atrocités de part et d'autre... Des "vérités" qui claquent comme des coups de fouet sur ces villageois et gens "du bon pays de France" qui avaient des vues totalement erronées et conditionnées par le pouvoir de l'époque au sujet de ce qui se passait en Algérie... En lisant tous ces mots, ces mots de la plume même de Bernard Clavel (il n'invente rien en fait) je me voyais moi-même dire les mêmes mots -dans un contexte évidemment différent, celui de notre époque- j'avais l'impression de reconnaître l'être même que je suis au fond de moi, et bon sang, qu'est-ce que "ça me prenait aux tripes"! Et ce curé, ce jeune curé, qui disait à Jacques que le père de Jacques était le seul du village qui n'allait pas à l'église mais qui était le plus chrétien de tous!
Et ce Théodore, ce "vaurien", ce voleur, ce paresseux, ce "connard" à la solde des "braves gens quand ça les arrange", qui avec son fusil de chasse, tue le chien rouge, ce chien qui n'arrêtait pas de suivre Jacques partout où il allait... Il le tue sur la place publique où est massée une foule compacte de curieux venus là pour assister au drame et à l'interpellation de Jacques Fortier... Alors Jacques Fortier vise avec son Lebel et "troue la paillasse" de ce salaud de Théodore (le seul mort de l'affaire mis à part Jacques Fortier à la fin, à la "Fontaine aux daims")...
Retranché dans la maison de ses parents, en vente, il a récupéré la caisse d'armes et de munitions au grenier, de son oncle Emile, un ancien militaire, frère de sa mère... Et il déjoue tous les plans de la force de gendarmerie, parvient à quitter la maison durant la nuit, et finalement se rend à la fontaine aux daims où il est tué, exactement comme bien des années avant du temps de son père lorsque une troupe de chasseurs avait attendu les daims assoiffés venus boire à cette fontaine...
Quel livre ! A vrai dire, tous les romans de Bernard Clavel sont ainsi : une immense réflexion, de la poésie, des images fortes, une fabuleuse et "légendaire" dimension d'humanité... Des histoires dramatiques et poignantes mais en toile de fond "une vraie beauté des êtres et des choses"...

... Certains critiques très connus, et dont on se gargarise, qui d'ailleurs sont tous "d'une certaine formation universitaire" (avec l'esprit qui va avec)... ont souvent ce jugement négatif " sans grande valeur littéraire", ou "confus", et j'en passe... (question de mode, de valeurs, de commerce, de "sens du monde")...

Eh bien je vais vous dire : ces critiques là, leur critique, ils peuvent se la foutre là où je pense!

... Et j'ose dire, sans baisser les yeux dans mes godaces, et le verbe haut et sûr : "ces gens là, ils n'y connaissent rien à la littérature et à la poésie" !

... Dans "œuvres 3" de Bernard Clavel (collection Omnibus) figurent : le tambour du bief, le seigneur du fleuve, le silence des armes, Tiennot, le massacre des innocents, lettre à un képi blanc et autres récits...
Tous de très grands romans, de cet écrivain issu d'un "milieu modeste", et "de gauche", de cette "gauche" de la générosité, de la passion, de l'engagement pour la justice, pour la fraternité... De la "vraie gauche" en fait... Et non pas de cette "goche" exécrable des bobos intellos bien nés, de cette "goche" du fric et des modes genre touriste plein aux as pull sur les épaules en vacances à l'île de Ré en juillet août accro de technologies nouvelles, de Facebook et de twitter et donnant des "leçons de morale" du haut de leur bienpensance dans le sens du monde... et qui n'hébergeraient point dans leur jardin une famille de Kurdes ou de Syriens... qui se disent pas racistes mais qui peuvent pas piffrer les noirs et les café-au-lait (du moins "certains" d'entre eux)...
Je souscris entièrement à ce que dit Jacques Fortier dans "le silence des armes" au sujet de la guerre (celle d'Algérie dans le livre) mais des guerres en général et de ceux  que les guerres enrichissent...
Non à l'hypocrisie, à la violence imbécile et cruelle, non à ce sens du monde qui n'a plus aucun sens aujourd'hui et où on ne respecte plus rien, où on va chercher du fric dans la merde, dans la pourriture et dans le sang...

... Dans  "Œuvres 6" de cette collection Omnibus :
Quand j'étais capitaine, Meurtre sur le Grandvaux, La révolte à deux sous, Cargo pour l'enfer, Les roses de Verdun, La Guinguette.

... C'est vrai que l'on peut reprocher à Bernard Clavel de "faire souvent mourir ses personnages" ainsi que le caractère dramatique, très poignant, très dur, des situations qu'il évoque dans ses romans...

Mais je dis (j'ai déjà dit) "que la vie n'est pas un conte de fées", et ces situations dramatiques, ces morts, ces suicides, ces révoltes, ces "jusqu'au-boutisme" de certains personnages auxquels la vie "ne fait aucun cadeau"... sont en fait -et de fait- "monnaie courante" dans le monde, ce monde dur, sans bonté, dans lequel on se débat bien plus qu'on ne jouit ou profite, ou rigole...
En ce sens, La révolte à deux sous et La Guinguette "ne font pas, loin s'en faut, dans la dentelle"!
Il faut, il est nécessaire, à mon sens, que de tels livres soient écrits, qu'il y ait des écrivains qui produisent ce genre d'oeuvres, car ces livres sont comme des coups de poing, pour ne pas dire "des coups de pied dans les couilles", à l'égard de cette société de merde, si injuste, si absurde, si violente, si fière de ses "valeurs insolentes de pognon, de succès, de parade"... et si atroce dans ce qu'elle porte en elle de barbare hypocritement dissimulé sous une apparence trompeuse de façade arrangée pour la forme...

Dans les livres, on a le droit de tout dire, de tout exprimer... La violence, cette violence, cette barbarie à combattre, on ne pourra, on n'aura de chances de l'expurger, qu'en la disant dans les livres... La littérature, tout comme l'humour d'ailleurs, tout comme l'Art en général, c'est le seul moyen d'arriver, d'essayer d'arriver à expurger !
Quand on lit ce que veut faire la Guinguette, de Bernard Clavel, de ce "flic pourri qui a tabassé à mort le fils de la Guinguette" (et qui "n'est pas piqué des hannetons")... Il y a une réflexion qui vient au sujet de la violence, une réflexion qui peut, justement, dépasser cette violence : en effet, quand on lit ça, ce passage dans La Guinguette, on n'a peut-être plus envie de faire comme elle dit qu'elle veut faire, la guinguette ... Sans aller jusqu'au pardon, c'est déjà comme une porte qui s'entrouvre et qui donne l'idée même très floue, d'un "possible passage" ou "un inconnu à explorer"...

... La vraie puissance de la littérature, et de l'art en général... Et l'on peut associer l'humour à la littérature et à l'art... C'est cette possibilité qu'ont la littérature, l'art et l'humour, d'expurger l'inacceptable.
Le fait même que l'on puisse exprimer, représenter dans des livres, sur un tableau de peinture, ou par l'humour,  l'inacceptable ; c'est peut-être "désamorcer" cet inacceptable...

avatar
Yugcib
Admin

Messages : 650
Date d'inscription : 05/09/2015
Age : 69
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum