Un roman russe, d'Emmanuel Carrère

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un roman russe, d'Emmanuel Carrère

Message par Yugcib le Lun 14 Sep - 7:50


Ce roman d'Emmanuel Carrère, scénariste, écrivain et réalisateur, fils d'Hélène Carrère d'Encausse ; c'est celui de deux personnages  : le grand père maternel de l'auteur, qui, après une vie tragique, a disparu à l'automne 1944, sans laisser de traces, sans que l'on ne le retrouve jamais vivant ou mort... Et d'un jeune Hongrois Tomas Andras, entraîné dans la Wehrmacht et capturé par l'Armée Rouge en 1944, puis interné en 1947 dans un hôpital psychiatrique à Kotelnitch, ville située à 800 km au nord est de Moscou. Durant 53 ans, Tomas Andras demeure là, enfermé dans cet hôpital, oublié de tous ; et en Hongrie, on le croit mort, puisque 80 000 soldats hongrois ont été portés disparus après la guerre. Mais Tomas Andras est retrouvé, en 2002, tout à fait par hasard, et le gouvernement hongrois organise son rapatriement.
Mais il y a aussi dans ce livre, au début de la 3 ème partie, cette lettre ouverte adressée à sa compagne Sophie en 2002, une lettre qu'il dit avoir publiée dans Le Monde, très personnelle, à vrai dire pornographique... Et là, ayant lu d'autres ouvrages de cet auteur, dont Limonov et L'adversaire, je n'en reviens pas, de la part d'Emmanuel Carrère, de cette lettre qui est « un monument d'exhibitionnisme sexuel »... (L'on ne voit même pas ça, à ce point là, dans ces détails et avec cette précision quasi « chirurgicale » dans les gestes accomplis, sur certains réseaux sociaux ou forums du Net où des gens mettent sur la scène publique leurs « expériences »!)
Certains auteurs « en vogue » tout comme d'ailleurs bon nombre d'aspirants écrivains, se « mettent en scène » dans un ouvrage autobiographique, où ils racontent leurs amours ratés, leurs expériences sexuelles, où ils versent dans le récit intime... Je trouve tout cela déplorable, d'un exhibitionnisme outrancier, et je me dis que, quand on est un auteur connu tel qu'Emmanuel Carrère et de surcroît fils d'Hélène Carrère d'Encausse, de l'Académie Française, il y a gros à parier qu'un public « qui n'attend que ça », que de telles « révélations » aussi intimes et surtout aussi pornographiques » (car c'est bien là, de la pornographie et non pas de la littérature), sera d'autant plus large, d'autant plus demandeur !
A la limite, j'arrive à me dire, ayant lu Emmanuel Carrère dans des ouvrages tels que Limonov ou L'adversaire, ouvrages qui m'ont vraiment interpellé « positivement » on va dire ; que cette lettre qu'il dit avoir publiée dans Le Monde, n'est rien d'autre- peut-être rien d'autre- qu'une manière de « provoquer », de dénoncer un « état de choses »...
avatar
Yugcib
Admin

Messages : 553
Date d'inscription : 05/09/2015
Age : 69
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum