Les rois maudits, de Maurice Druon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les rois maudits, de Maurice Druon

Message par Yugcib le Lun 11 Avr - 8:57


... Sept livres ou tomes pour cette série historique écrite par Maurice Druon, de l'Académie Française ; de 1955 pour le premier "Le Roi de Fer" à 1977 pour le dernier "Quand un roi perd la France"...
Par ordre chronologique :
-Le roi de fer
-La reine étranglée
-Les poisons de la couronne
-La loi des mâles
-La louve de France
-Le lis et le lion
-Quand un roi perd la France

J'avais déjà lu avant 1977 tous les livres de cette série à l'exception du dernier "Quand un roi perd la France" (écrit en 1977) et c'est avec plaisir que je me suis replongé dans cette histoire mais cette fois, sur liseuse pour les 3 premiers tomes, et sur smartphone pour les 4 autres suivants.
Il faut reconnaître que la lecture sur écran (de liseuse ou de smartphone) offre un avantage certain qui est celui, sans doute le seul à mon sens mais important, de pouvoir lire dans l'obscurité, sans lumière de lampe de chevet, en un endroit sombre, la nuit, grâce à la luminosité de l'écran ; ainsi que de pouvoir lire dans le train, dans un bus, un tramway ; surtout s'il s'agit d'une série comportant plusieurs ouvrages, ce qui prend très peu de place, dans la main ou en poche ou dans un sac de voyage... au lieu de se trimballer plusieurs livres papier de 300 ou 400 et quelque pages...
En revanche, internet sur smartphone, même avec un écran de 6 pouces, pour moi "c'est pas évident du tout, sauf peut-être pour consulter sa messagerie"...

... L'affaire du procès et de la condamnation au bûcher, des Templiers (en particulier du Grand Maître Jacques de Molay et de Geoffroy de Charnay), de 1307 à 1314), m'inspire la réflexion suivante :
A cette époque du moyen âge en Europe, une époque d'une violence et d'une cruauté extrêmes, l'on peut constater, en l'occurrence dans cette affaire des Templiers, que des personnages haut placés et influents, proches du Pouvoir et donc particulièrement privilégiés et riches, immensément riches autant en terres et domaines que d'argent... pouvaient du jour au lendemain se retrouver privés de tous leurs pouvoirs, de leurs privilèges, leurs biens saisis et jugés plus sévèrement encore que les derniers des malfaiteurs...
Alors que de nos jours, dans une époque censée être celle d'une civilisation évoluée (mais dans laquelle règnent cependant autant d'hypocrisies que d'autres formes de violence et d'injustice) l'on imagine mal -en fait l'on n'imagine pas du tout- que par exemple les grands lobbies, les grands groupes et multinationales avec leurs sociétés d'actionnaires qui font la loi du marché mondialisé, et dont les pouvoirs, les richesses et les privilèges sont démesurément considérables, puissent du jour au lendemain se retouver démunis, jugés et condamnés et éliminés !

... Dans l'affaire de la Reine étranglée (Marguerite de Bourgogne) dans une geôle de la forteresse de Château Gaillard, je pense que la responsabilité de son mari Louis de Navarre Louis 10 Le Hutin, est indirecte... Dans la mesure où, bien sûr Louis 10 avait intérêt à ce que sa femme disparaisse et avait publiquement exprimé le souhait qu'elle mourût, mais aussi et surtout parce que d'autres personnages haut placés en particulier Robert d'Artois, avaient intérêt à ce que Marguerite disparaisse...
Louis 10 Le Hutin, un personnage de peu d'envergure, irréfléchi, faible de caractère, violent, primaire, épidermique, peu intelligent... me paraîssait incapable, de par sa seule volonté, à commanditer, organiser comme cela fut fait (en l'occurence par Robert d'Artois) la mort de Marguerite qui, rappelons le, fut étranglée sans laisser de trace par Lormet, le fidèle serviteur de Robert d'Artois, une nuit d'hiver bien noire...
Pour moi, c'est évident, "on" (Robert d'Artois et les personnages intéressés) a profité de ce qu'avait dit Louis 10 dans un moment de dépit et de colère, pour faire assassiner Marguerite dans la prison de Château Gaillard, et cela de manière à ce que la responsabilité en incombe au roi Louis 10 lui même comme si c'était par sa volonté et son ordre...

... L'un des "passe-temps" favori de Louis 10, ce roi sans envergure et faible de caractère, et de surcroît "pas très costaud" physiquement, était de tirer à l'arc à faible distance, des pigeons, des colombes, tourterelles et autres volatiles échappés de cages en osier qu'amenait un valet chargé de cette tâche : l'on imagine vu le temps que durait cet "exercice", le nombre de cages, et d'oiseaux, nécessaire...

... Clémence de Hongrie, la deuxième épouse de Louis 10, fut sans doute à mon avis, l'un des personnages féminins les plus sympathiques de cette histoire des rois maudits... Elle réussit en quelques semaines après son mariage, à faire de Louis 10 le Hutin, un personnage "acceptable", à "en faire un homme" en quelque sorte, à l'affermir dans son caractère mais sans cependant le rendre plus réfléchi et plus équilibré, dans la mesure où ce roi auparavant si cruel et si inconstant dans ses emportements, devint pour ainsi dire un "champion de la mansuétude et du pardon" au point de faire vider les prisons...
Cette femme, d'une grande beauté émouvante, mais aussi d'une très grande bonté, docile, aimante, qui se souciait des pauvres, en effet, plaisait beaucoup à Louis du fait de tout ce qu'elle lui consentait... Cependant la bonté, l'immense bonté de cette femme (pour l'époque, une époque de violence et de cruauté extrêmes, c'était tout à fait exceptionnel une telle bonté) n'était pas pour autant de la faiblesse...
Clémence ne se sentait pas du tout à l'aise au milieu de tous ces chevaliers dont le comportement vulgaire, grossier, à table notamment, la surprenait par rapport à ce qu'elle avait connu avant sa venue en France, à Naples dans la société où elle vivait...
La bonté lorsqu'elle n'est point faiblesse, a plus d'autorité et de pouvoir -sans cependant "changer le cours des choses et les gens"- que la violence, et même la violence justifiée...
... Clémence de Hongrie... selon ma définition de ce qu'est "une femme chic", Clémence de Hongrie fut "une femme chic" !
... Voici une lithographie réalisée par Jacques Pecnard :


_________________
" Nous ne pouvons savoir! Nous sommes accablés d'un manteau d'ignorance et d'étroites chimères" [Arthur Rimbaud ]
avatar
Yugcib
Admin

Messages : 601
Date d'inscription : 05/09/2015
Age : 69
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rois maudits, de Maurice Druon

Message par Yugcib le Jeu 21 Avr - 8:38

Les rois maudits, de Maurice Druon, suite...


... Vous me connaissez, je ne suis pas loin s'en faut un "donneur de leçons de morale" c'est à dire que je pense "être dans l'ensemble assez tolérant quand aux libertés de chacun"...
Cependant... dans mes "suppôts de satan" que je "pourrais avoir", s'y trouveraient les sodomites... Je dis bien "les sodomites" et non pas les homosexuels (lesquels homosexuels peuvent être, oui, sodomites, du moins les homosexuels hommes)... Nuance...
Et, dans mon "humour crade" dont parfois je me départis publiquement, il y a cette mienne expression à propos des gosses élevés par des homosexuels "papa et papate, maman et mamane"... qui me vaudraient sans doute quelques "levées de boucliers" d'intellectuels progressistes de bon ton de bon aloi... sinon même une accusation sans doute justifiée d'outrage homophobe alors même que je ne suis aucunement homophobe... Mais bon, question humour c'est vrai il paraît qu'on ne peut plus rien dire tant il est "consensuellement correct" de ménager certaines sensibilités...
Dans les "Rois Maudits" de Maurice Druon, l'on y lit un passage assez détaillé sur la façon dont est mort le roi Edouard II : il fut occis en effet sans laisser la moindre trace de blessure ou d'empoisonnement, comme s'il était mort de mort naturelle. Il lui fut enfoncé dans le colon, par une corne épaisse et dure dont le bout avait été coupé, une tige de fer rougi au feu qui lui brûla les intestins. Ainsi ce roi périt-il par là où il avait péché avec Hugh Le Despenser son favori, par là où il tant pécha également avec les "gentils, beaux et jeunes maçons" avec lesquels il aimait travailler...
Ce passage des Rois Maudits je l'ai lu et relu plusieurs fois tant je m'en suis amusé, tant il me fit rire... Je trouvais que, de la façon dont il avait traité sa femme Isabelle de France la fille de Philippe le Bel, il méritait bien une telle mort. Mais bon, il faut se mettre (comprendre) le contexte de l'époque, d'une époque de violence et de cruauté. De nos jours dans notre civilisation "évoluée" la façon dont on a fait mourir Edouard II, est jugée barbare (et en effet elle l'est, barbare)... Mais serait-il pour autant si "mal venu que cela", si "impie", si "crade", d'en rire, de "cette affaire là" ? (On peut avoir une belle âme et de temps à autre parfois, oser rire et faire rire sur des choses dont "il ne faudrait pas rire" sinon à quoi sert l'humour si l'on le régente et le modère de telle sorte qu'on le vide de sa substance?)
L'on lit un autre passage dans l'un des livres de la série, où l'on apprend comment Edouard II engendra l'un des enfants qu'il fit à Isabelle : il se servit de son "mignon", Hugh Le Despenser, dans un "jeu érotique à trois" dont bien sûr Isabelle n'était que la malheureuse partenaire passive, pour, au moment de l'orgasme, introduire son foutre...
Je le redis "je ne suis pas un donneur de leçon de morale"... Mais, tout de même, dans mes "suppôts de satan" que je pourrais avoir, j'ajoute aussi, en plus des sodomites, certains "échangistes" dont certaines pratiques me révulsent et que je trouve "dégradantes" surtout lorsque l'un des partenaires est une femme qui subit... ou un homme ou une femme qui n'est pas homosexuel et ou consentant dans quelque "jeu à trois ou à quatre ou plus"... Fatwa, Fatwa! (là je suis du côté du Coran et de la Bible, bien que non croyant)... Et je pense que bon nombre de mes semblables sur cette Terre toutes cultures et sensibilités confondues si différentes soient-elles, seront d'accord avec moi)...
Bon je vais pas dire "amen" après ce "discours"... (rire)...

_________________
" Nous ne pouvons savoir! Nous sommes accablés d'un manteau d'ignorance et d'étroites chimères" [Arthur Rimbaud ]
avatar
Yugcib
Admin

Messages : 601
Date d'inscription : 05/09/2015
Age : 69
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum